Bien débuter dans sa résilience

Etre résilient c’est quelque chose qui est aujourd’hui indispensable.

Mais pourquoi est-il indispensable d’avoir une résilience et surtout en quoi cela consiste-t-il ?

Selon Wikipedia la résilience est :

La résilience désigne la capacité pour un corps, un organisme, une organisation ou un système quelconque à retrouver ses propriétés initiales après une altération

Ce concept est utilisé dans plusieurs contextes :

dans l’armement et l’aérospatiale, la résilience dénote le niveau de capacité d’un système embarqué à tolérance de panne, de pouvoir continuer de fonctionner en mode dégradé tout en évoluant dans un milieu hostile ;

en écologie et en biologie, la résilience est la capacité d’un écosystème, d’une espèce ou d’un individu à récupérer un fonctionnement ou un développement normal après avoir subi une perturbation ;

en géographie et en aménagement, la notion de résilience désigne la capacité des villes à limiter les effets des catastrophes et à retrouver rapidement un fonctionnement normal.

en économie, la résilience est la capacité à revenir sur la trajectoire de croissance après avoir encaissé un choc ;

en physique, la résilience est une propriété qui caractérise l’énergie absorbée par un corps lors d’une déformation ;

en psychologie, la résilience est un phénomène consistant à pouvoir revenir d’un état de stress post-traumatique ;

en informatique, la résilience est la capacité d’un système ou d’une architecture réseau à continuer de fonctionner en cas de panne ;

en gestion d’entreprise, la résilience organisationnelle est la capacité d’une organisation à s’adapter après la survenue d’un incident ;

dans le domaine de la gouvernance, de la gestion du risque et du social, la résilience communautaire associe les approches précédentes en s’intéressant au groupe et au collectif plus qu’à l’individu isolé.

La résilience est donc d’être à même de gérer un risque, de le traiter s’il se produit, et de revenir à une situation proche de la normale plus ou moins rapidement ou alors de n’être que peut impacté par l’événement.

A quel types de risques pouvons nous être confronter en tant qu’humain ?

Il sont multiples avec pour chacun une probabilité d’occurrence plus ou moins forte.

Il existe 3 grandes catégories de risques :
– Les risques locaux
– Les risques régionaux
– Les risques mondiaux ou de large envergure

L’ensemble de ces risques se déclines en grandes familles de risques :

  • Sanitaires
  • Terroriste
  • Technologique
  • Naturel
  • Cyber
  • Economiques

Les risques locaux sont les risques qui nous concernent tous et auquel nous aurons d’une manière ou l’autre à faire au cours de notre vie soit en tant que témoins soit en tant qu’impliqué. Cela peut être un accident de voiture, une perte d’emplois, la maladie,  une fuite d’eau, panne de voiture, des problèmes bancaires… Ils sont soit individuel soit très localisé exemple un voisin à un arbre qui chute sur sa maison.

Les risques régionaux, commencent à impacter un nombre de personnes dans une zone géographique données. Cela peut être une inondation, un incendie de forêt qui force à évacuer une ville entière comme aux USA ou au Canada,  un accident industriel ou de transport.  La durée avant le retour à la vie normale est souvent plus longue du fait du nombre important de personne impliqué mais ce n’est pas systématique. Dans un tel cas l’état apportera son concours via les services adéquat pour faciliter le retour à la normal, cependant le délais d’intervention peut être de plusieurs jours suivant le cas avant l’arrivé des équipes d’aides.

Le risques mondiaux ou de large envergures sont des risques où par définition les moyens d’interventions seront dépassé par la taille de l’événement. Dans les événements passé l’ont peut penser à des événements tels que les tsunamis en Asie, les tremblements de terre, les accidents nucléaires de Tchernobyl ou de Fukushima…
Dans les risques possible vous pouvez tout avoir allant de la panne électrique mondiale suite à une erruption solaire en passant par l’invasion d’Aliens, les risque d’occurence sont tellement faible que tout ce qui sort de votre immagination est sur le papier possible avec une chance sur XXXX millions ou milliard que cela se produise vraiment.

Tout cela pour dire que même si lorsqu’on s’intéresse à la résilience l’ont part souvent dans des risques qui font peur comme un accident nucléaire ou tout événement impressionant digne d’un film Holywoodien alors que en fait d’un point de vue statistique vous avez beaucoup plus de chance de vous faire écraser en traversant la rue que de mourir dans une explosion nucléaire. Le raisonnement est le même pour l’accident de voiture face ou la perte d’un emploi face au risque d’être dans une attaque terroriste.

Là où je veux en venir c’est que lorsque vous allez commencer à travailler votre résilience, il est indispensable de commencer par travailler vos bases et surtout de vous concentrer sur les risques les plus probables. Vous vous appercevrez par la suite que les besoins liés aux risques les plus probables sont également inclus dans le cas d’un risque beaucoup moins probable mais beaucoup plus sensationnel.

N’hésitez pas non plus à temporiser et dès que vous sortez des besoins de bases indiqué ci-dessous à prendre le temps avant de dépenser si vous devez dépenser de l’argent sur le sujet en réalisant une liste de vos futur achats avant de réellement les réaliser. Cela vous permet de voir si vous avez vraiment besoin de tel ou tel objet. Et oui je sais cela rassure d’avoir plein d’objets et de gadget plus ou moins utiles mais plus vous restez simple, basé sur des objets simples à utiliser et à maintenir mieux cela sera.

Mais alors quels sont les besoins indispensables quelques soit la situation sur lesquels vous devez travailler.

Ils sont les suivants :

  • De l’air pour respirer
  • De l’eau car l’eau c’est la vie
  • Un abris pour s’abriter des éléments, rester sec et au chaud
  • Un endroit pour se reposer
  • De la nourriture
  • De l’hygiène
  • De la protection et de la sécurité des personnes
  • De lien social
  • Et éventuellement un matelas de sécurité financier

Si l’on regarde bien dans la liste précédente, les besoins vitaux, les consommables que vous utilisez le plus sont l’eau et la nourriture. Par consommables j’entends des qui une fois consommé nécessite d’être remplacé et renouvelé.

Il apparaît donc qu’il est nécessaire de se concentrer sur ces deux points l’eau et la nourriture. Dans un monde idéal vous pourriez être dès la fin de cet article autonome sur ces 2 points. dans la réalité vous allez pouvoir progressivement devenir autonome ou en tout cas avec un minimum de stock permettant de vous donner une marge de sécurité en cas de problème quelconque. Le premier pallier de stock que je vous conseille d’atteindre est celui de 3 semaines / 1 mois d’avance.
Cette avance est à constituer avec les produits que vous consommes régulièrement pour être à même de les consommer de ne pas gâcher des ressources, être autonome c’est également être responsable. Achetez progressivement pour ne pas faire un gros trou dans votre budget.

Un exemple n’achetez pas des boites de cassoulet si vous n’en mangez jamais.

Un article sera prochainement dédié à chaque thématique pour vous aidez même si chacun à ses propres besoins et préférences alimentaires.