Les stocks alimentaires : le concept et les bases

La réalisation de stock alimentaire doit être l’une de vos priorité lorsque vous débutez dans une démarche résiliente.  En effet, de tel stock vous permettent de faire face à des problèmes ponctuels, d’approvisionnement, financiers ou une catastrophe naturelle … Ces stockes servent tout simplement à avoir de la nourriture d’avance lors de n’importe quelle type de crise afin de ne pas vous transformer en zombie à la recherche de nourriture.

Une fois cela dit, il reste tout de même plusieurs 
questions :
 - Pour combien de personne ? 
- Pour combien de temps stocker ?
- Quoi stocker ?

Pour combien de personne ?

Il est simple de répondre à cette première questions de savoir pour combien stocker, cela dépend du nombre de personne qui compose votre foyer.

Pour combien de temps stocker ?

Concernant la durée d’autonomie à prévoir, il est évident que plus vous pouvez avoir de stock meilleurs cela sera. Il est d’usage de commencer par se constituer un stock de 1 semaine puis 1 mois, puis d’augmenter à 6 mois et de se fixer comme objectif long terme d’atteindre 1 à 2 ans de stock si vous avez la place.

Quoi stocker ?

Le quoi stocker est la question la plus épineuse. La réponse évidente est : “ce que vous consommez”. Cependant si vous consommez que des produits frais au quotidien, il va vous semblez difficile de stocker. Il faut dont réfléchir et regarder dans les produits que vous consommez s’il existe des produits stockables dès l’achat. Par exemple, vous consommez régulièrement des haricots vert frais, il existe l’équivalent de ces derniers en surgelé et également en boite de conserve. Leur goût n’est peut être pas totalement identique mais avoir des boites de conserve de haricot peut être une bonne idée d’autant qu’il ne demande aucune énergie pour être conservé alors que ce n’est pas le cas de la version surgelé.

 Analysons les différents mode de conservation 
possible.  
Il est possible de conserver les aliments par les 
moyens suivant :  
- Le froid  
- La mise en boite de conserve  
- La mise en bocaux et stérilisation 
 - Conserver par le sel 
-  Faire fumer les aliments 
-  Faire sécher les aliments 

La conservation par le froid nécessite de l’énergie pour congelé les aliments mais surtout les maintenir à la bonne température. C’est une solution à utiliser avec parcimonie vu l’énergie (le plus souvent électrique) nécessaire pour faire cela.

La mise en boite de conserve présente l’avantage que vous avez uniquement à acheter le produit et le conserver dans de bonnes conditions. Vous pouvez conserver des conserves pendant une dizaine d’années, le critère est de ne pas avoir la boite gonflé et une odeur bizarre à l’ouverture dans un tel cas il faut jeter le contenu et ne pas le consommer sous peine de maladie.

La mise en bocaux et la stérilisation est quelque chose qu’il est possible pour tout un chacun de réaliser avec des produits frais qui soit proviennent du jardin soit on été acheté sur un marché par exemple ou un producteur local. L’opération consiste à faire monter en température un bocal en verre avec un joint en caoutchouc de manière à tuer les bactéries et autres organismes pour permettre la conservation des aliments sur une long période. Les bocaux sont réutilisable d’une année sur l’autre, il est juste nécessaire de changer les joints. Vous pouvez réaliser cette opération avec une simple cocote minute en appartement par exemple ou investir dans du matériel plus sophistiqué suivant le nombre de bocaux à réaliser et la place dont vous disposez avec un stérilisateur et un système au gaz.

La conservation par le sel des aliments est une technique qui nous viens du moyen-age qui permet de conserver longtemps les aliments, en particulier la viande.  La réalisation de cette technique peut se faire à domicile y compris en appartement et présente l’avantage de conserver des produits dit frais sur de longue période.

La technique de conservation par fumage des aliments est également envisageable par tout un chacun et elle est maîtrisé depuis longtemps tout comme la salaison. Il est nécessaire de posséder un moyen de faire du feu pour réaliser cette technique soit dans un local dédié, soit dans une simple cheminée ouverte.

Il est également possible de conserver les aliments en les déshydratant grâce à une technique de séchage, soit naturelle avec le soleil, soit artificielle avec un appareil. C’est également une technique ancestrale qui a aujourd’hui évoluer dans le but d’être plus simple.  Cette technique peut être réalisé en appartement avec un appareil adéquat.

–> Il existe donc de multiples méthodes de conservation, chaque technique peut être plus ou moins facilement utilisé sur l’ensemble des aliments.
Par exemple il semble plus adapté de conserver des fruits en converse, séché ou encore déshydraté que de les fumer.
Par contre pour tout ce qui est viande, le sel ou le fumage sont l’une des solutions qui vient plus naturellement à l’esprit, même si la déshydratation est possible (et est d’ailleurs réalisé grâce à la salaison).

Maintenant qu’est-il pertinent de conserver ?

D’une part des aliments qui sont à la fois énergétique et facile à conserver.
L’un des aliments de choix qui vient à l’esprit est le riz. Il peut se conserver jusqu’à 20 ans sans aucun problème.

Vous pouvez ensuite conserver tout ce qui est à base de blé ou dérivé (pattes, semoules, boulghour…) la duré de conservation est également très longue.

Ensuite il faut commencer à s’intéresser aux légumes et fruits qui sont indispensable car plein de vitamine, en fonction de vos habitudes alimentaires de regarder du côté de ce qui existe dans les conserves sur le marchés, dans les fruits secs…

Vous trouverez ci-dessous un exemple de ce qui peut être stocké, avec une durée approximative de la durée de stockage (dans des conditions optimums).
A vous de choisir en fonction de votre consommation personnelle.

Base alimentaire :

Type AlimentDurée de conservation
PattesPratiquement illimité
Pommes de terre1-2 ans dans un lieu sec et à température constante
RizPratiquement illimité
Maïs10 ans
Avoine3-5 ans
Blé (déshydraté)Pratiquement illimité
Féculent de MaïsPratiquement illimité
Légume en boite (conserve)10-15 ans
Fruit en boite (conserve)10-15ans
Fruit de garde1 an dans fruitier
Fruit secPratiquement illimité
Légume secPratiquement illimité
Farine3 ans
Noix, etc. (sachet)3-5 ans
Huile3-5 ans
Lait en poudre3-5 ans
Fromage (en meule)1 an
Lait UHT1 an
Jus de fruit, etc.1 an
Pudding en poudrePratiquement illimité

Protéines : 

Type AlimentDurée de conservation
Poisson en boite10 ans
Viande en boite10 ans
LégumineusePratiquement illimité
Oeufs en poudre2-3 ans

Suppléments utile :

Type AlimentDurée de conservation
SelPratiquement illimité
SucrePratiquement illimité
MielPratiquement illimité
Café solublePratiquement illimité
Café non moulu10 ans
Thé10 ans
MoutardePratiquement illimité
Levure en poudre2-3ans
Cube de bouillonPratiquement illimité
Bouillon 150gPratiquement illimité
CondimentsPratiquement illimité
OvomaltinePratiquement illimité
Tablette multivitamine1 an
Chocolat noirPratiquement illimité
Aliment de confort : biscuit...1-2 ans
VinaigrePratiquement illimité
VinPratiquement illimité
Alcool fortPratiquement illimité
ConfituresPratiquement illimité
Epices : utilisez ce que vous préférez, herbes, curry, etc.Pratiquement illimité
Nourriture déshydraté -pret à l'emploi - Meal Ready to Eat (MRE)30 ans et plus
Dans un prochain article, je vous donnerais un exemple 
des stocks alimentaires que je réalise.
Et vous, que stockez-vous ?

Les conseils de l’état de résilience

Vous ne le savez peut être pas mais les gouvernement de chaque pays demande aux citoyens d’être résilient et autonome.

Chaque pays à sa propre théorie à se sujet. Une seule constante reste cependant présente le minimum demandé à tout un chacun est 3j.

En effet c’est le temps minimum qu’estime nécessaire les services de l’état pour être à même de vous venir en aide.

Durant ce laps de temps vous devez envisager d’être livré à vous même dans le pire des cas. Mais vous devez surtout être prêt à subvenir à vos propres besoins les plus primaires pour faire preuve de résilience, être à même de venir en aides à vos voisins le cas échéants.

Analysons ensemble les recommandations minimum du gouvernement français pour constituer un kit d’urgence.

Les recommandations proviennent du site : http://www.gouvernement.fr/risques/preparer-son-kit-d-urgence

L’élément numéro 1 vital est l’eau : “6l par personnes en petite bouteilles”, en effet sans eau potable, il n’est point possible de vivre. Il est donc indispensable de prévoir une source alternative à l’approvisionnement en eau. Cependant 6l me semble être très très peu quand l’on sait que les besoins sont autour de 3l d’eau pour l’hydration et de 10l pour les besoins d’hygiène et de cuisson. Avec 6l vous avez 2j d’autonomies… C’est trop peu pour atteindre les 72h, d’autant plus que dans ces dernières recommandation le gouvernement allemand est passé à 10j sur ce sujet.

Mon conseil : au minimum un pack d’eau en bouteille de 1,5l par 6 soit 9l ce qui vous donne 3j d’autonomies sur l’hydratation. Plus vous serez à même de stocker de l’eau plus vous serez serein. Prévoir également un système de filtration pour rendre de l\’eau potable est une bonne idée.

Outils de bases : “couteau de poche multifonctions, ouvre boites…”
C’est effectivement une très bonne idée pour être à même d’effectuer des menus travaux et en particulier d’ouvrir une boite de conserve ou de découper quelque chose. A posséder, un par adulte ne semble pas un luxe

Nourriture de secours :  “nourriture consommant peu d’eau : barre énergétiques, fruits secs, conserves, petits pots pour bébé, …”
En liaison avec le point sur l’eau avoir de la nourriture qui peut se préparer sans eau voir être consommé sans préparation pour la réchauffer est un plus. C’est de plus de la nourriture qui peut se conserver longtemps après les dates de péremptions affiché si elle est stocké dans de bonnes conditions. Essayer de stocker de la nourriture que vous aurez testé et validé en terme de goût et si possible que vous consommer régulièrement. Par exemple il ne sert à rien d’avoir des conserve de macro si vous n’aimez pas ce poisson.

Lampe de poche : “avec 2 jeux de piles de rechanges ou une lampe sans piles avec système de dynamo “, outils indispensables pour s’éclairer de nuit en l’absence de courant. Je rajouterais en plus une lampe frontale si possible pour avoir une solution d’éclairage portative avec les mains libres. Pensez à prendre une lampe avec un système de pile courant pour être à même de les changer facilement.

Bougies : “avec des allumettes ou briquet” n’hésitez pas à avoir de nombreuses bougies d’avances, mais aussi des bougeoir adapté pour limiter les risques d’incendie. Il me semble pertinent d’avoir des allumettes et des briquets à la maison. Soyez également économes dans leur usage pour augmenter leur potentiel d’utilisation une fois une bougie allumé vous pouvez tout à fait allumer les autres avec cette dernière.

Radio : “avec piles ou dynamo” très important d’avoir une source d’information pour savoir ce qu’il se passe.

Une trousse médicale : ” de premier soins, bandelettes, alcool, sparadrap, paracetamol, antidiarrhéique, produit hydro-alcoolique pour les mains, etc… ainsi que vos traitement en cours” C’est une bonne piste, mais il manque clairement des détails sur cette partie de la trousse médicale qui est pourtant une partie clé car vous allez devoir assurer l’absence de secours médicaux pendant plusieurs jours et faire face à plus de risque de d’habitude du fait de l’absence de votre confort habituel.

Si l’on emprunte la composition minimum d’un kit de secours dans le cas d’un accident domestique ou d’une catastrophe à la croix rouge française (source : http://www.autoprotectionducitoyen.eu/particulier/index.php?option=com_content&task=view&id=29&Itemid=28) nous obtenons le matériel suivant :

“La composition minimum d’un kit de premiers secours est la suivante :
Des pansements adhésifs
Des gants en latex/nitrile
Compresses 10×10
Ciseaux
Rouleau de bandage
Echarpe triangulaire
Pansement hémostatique
Antiseptique
Couverture de survie
Sérum de lavage oculaire
Gel anti-brûlure
Epingle à nourrice
Masque respiratoire
Poche de froid”

C’est tout de suite un peu plus clair sur la partie soin.
Doubles des clés de la maison : en général les clés sont nécessaires dans la vie quotidienne, mais soit

Doubles des clés de voitures : Même remarque mais pourquoi pas

Papier d’identités et copies : à avoir toujours avec soit, avoir des copies dans son kit est une bonne idée

un téléphone portable avec la batterie chargé : oui ne pas oublier d’avoir le chargeur qui va avec, et éventuellement une solution alternative de charge (adaptateur voiture, ou encore un chargeur solaire)

argent liquide ou carte de crédit : l’argent liquide me semble indispensable car la carte de crédit est une solution dépendant de l’électricité et rien ne dis que vous en aurez en cas de catastrophe.

Pensez également :

  • vêtements de rechange : le minimum que je conseille est 3 lots de sous vêtements, et haut et un pantalon de rechange
  • du papier hygiénique et un kit d’hygiène
  • un sac de couchage
  • des jeux divers pour passer le temps (carte, dés, dominos)
  • un sac plastique pour protéger les objets de valeur

En conclusion de cette analyse, les recommandations gouvernementales sont minimales et il est du devoir de chacun de préparer son kit personnel en fonction de ces besoins, tant en confort, que les spécificités de sa situation, une famille avec enfants n’aura pas le même contenu dans son kit d’urgence que sans enfants.

N’hésitez pas à m’indiquer en commentaires le contenu de vos kits, vos questions mais aussi toute demande relative pour vous aidez à réaliser vos kits dans ce cas merci d’utiliser la page de contact.

Bien débuter dans sa résilience

Etre résilient c’est quelque chose qui est aujourd’hui indispensable.

Mais pourquoi est-il indispensable d’avoir une résilience et surtout en quoi cela consiste-t-il ?

Selon Wikipedia la résilience est :

La résilience désigne la capacité pour un corps, un organisme, une organisation ou un système quelconque à retrouver ses propriétés initiales après une altération

Ce concept est utilisé dans plusieurs contextes :

dans l’armement et l’aérospatiale, la résilience dénote le niveau de capacité d’un système embarqué à tolérance de panne, de pouvoir continuer de fonctionner en mode dégradé tout en évoluant dans un milieu hostile ;

en écologie et en biologie, la résilience est la capacité d’un écosystème, d’une espèce ou d’un individu à récupérer un fonctionnement ou un développement normal après avoir subi une perturbation ;

en géographie et en aménagement, la notion de résilience désigne la capacité des villes à limiter les effets des catastrophes et à retrouver rapidement un fonctionnement normal.

en économie, la résilience est la capacité à revenir sur la trajectoire de croissance après avoir encaissé un choc ;

en physique, la résilience est une propriété qui caractérise l’énergie absorbée par un corps lors d’une déformation ;

en psychologie, la résilience est un phénomène consistant à pouvoir revenir d’un état de stress post-traumatique ;

en informatique, la résilience est la capacité d’un système ou d’une architecture réseau à continuer de fonctionner en cas de panne ;

en gestion d’entreprise, la résilience organisationnelle est la capacité d’une organisation à s’adapter après la survenue d’un incident ;

dans le domaine de la gouvernance, de la gestion du risque et du social, la résilience communautaire associe les approches précédentes en s’intéressant au groupe et au collectif plus qu’à l’individu isolé.

La résilience est donc d’être à même de gérer un risque, de le traiter s’il se produit, et de revenir à une situation proche de la normale plus ou moins rapidement ou alors de n’être que peut impacté par l’événement.

A quel types de risques pouvons nous être confronter en tant qu’humain ?

Ils sont multiples avec pour chacun une probabilité d’occurrence plus ou moins forte.

Il existe 3 grandes catégories de risques :

  • Les risques locaux
  • Les risques régionaux
  • Les risques mondiaux ou de large envergure

L’ensemble de ces risques se déclines en grandes familles de risques :

  • Sanitaires
  • Terroriste
  • Technologique
  • Naturel
  • Cyber
  • Economiques

Les risques locaux sont les risques qui nous concernent tous et auquel nous aurons d’une manière ou l’autre à faire au cours de notre vie soit en tant que témoins soit en tant qu’impliqué. Cela peut être un accident de voiture, une perte d’emploi, la maladie,  une fuite d’eau, panne de voiture, des problèmes bancaires… Ils sont soit individuel soit très localisé exemple un voisin à un arbre qui chute sur sa maison.

Les risques régionaux, commencent à impacter un nombre de personnes dans une zone géographique données. Cela peut être une inondation, un incendie de forêt qui force à évacuer une ville entière comme aux USA ou au Canada,  un accident industriel ou de transport.  La durée avant le retour à la vie normale est souvent plus longue du fait du nombre important de personne impliqué mais ce n’est pas systématique. Dans un tel cas l’état apportera son concours via les services adéquat pour faciliter le retour à la normal, cependant le délais d’intervention peut être de plusieurs jours suivant le cas avant l’arrivé des équipes d’aides.

Le risques mondiaux ou de large envergures sont des risques où par définition les moyens d’interventions seront dépassé par la taille de l’événement. Dans les événements passé l’ont peut penser à des événements tels que les tsunamis en Asie, les tremblements de terre, les accidents nucléaires de Tchernobyl ou de Fukushima…

Dans les risques possible vous pouvez tout avoir allant de la panne électrique mondiale suite à une éruption solaire en passant par l’invasion d’Aliens, les risques d’occurence sont tellement faible que tout ce qui sort de votre imagination est sur le papier possible avec une chance sur XXXX millions ou milliard que cela se produise vraiment.

Tout cela pour dire que même si lorsqu’on s’intéresse à la résilience l’ont part souvent dans des risques qui font peur comme un accident nucléaire ou tout événement impressionnant digne d’un film Hollywoodien alors que en fait d’un point de vue statistique vous avez beaucoup plus de chance de vous faire écraser en traversant la rue que de mourir dans une explosion nucléaire. Le raisonnement est le même pour l’accident de voiture face ou la perte d’un emploi face au risque d’être dans une attaque terroriste.

Là où je veux en venir c’est que lorsque vous allez commencer à travailler votre résilience, il est indispensable de commencer par travailler vos bases et surtout de vous concentrer sur les risques les plus probables. Vous vous apercevrez par la suite que les besoins liés aux risques les plus probables sont également inclus dans le cas d’un risque beaucoup moins probable mais beaucoup plus sensationnel.

N’hésitez pas non plus à temporiser et dès que vous sortez des besoins de bases indiqué ci-dessous à prendre le temps avant de dépenser si vous devez dépenser de l’argent sur le sujet en réalisant une liste de vos futur achats avant de réellement les réaliser. Cela vous permet de voir si vous avez vraiment besoin de tel ou tel objet. Et oui je sais cela rassure d’avoir plein d’objets et de gadget plus ou moins utiles mais plus vous restez simple, basé sur des objets simples à utiliser et à maintenir mieux cela sera.

Mais alors quels sont les besoins indispensables quelques soit la situation sur lesquels vous devez travailler.

Ils sont les suivants :

  • De l’air pour respirer
  • De l’eau car l’eau c’est la vie
  • Un abris pour s’abriter des éléments, rester sec et au chaud
  • Un endroit pour se reposer
  • De la nourriture
  • De l’hygiène
  • De la protection et de la sécurité des personnes
  • Du lien social
  • Et un matelas de sécurité financier

    Si l’on regarde bien dans la liste précédente, les besoins vitaux, les consommables que vous utilisez le plus sont l’eau et la nourriture. Par consommables j’entends des qui une fois consommé nécessite d’être remplacé et renouvelé.

Il apparaît donc qu’il est nécessaire de se concentrer sur ces deux points l’eau et la nourriture. Dans un monde idéal vous pourriez être dès la fin de cet article autonome sur ces 2 points. dans la réalité vous allez pouvoir progressivement devenir autonome ou en tout cas avec un minimum de stock permettant de vous donner une marge de sécurité en cas de problème quelconque. Le premier pallier de stock que je vous conseille d’atteindre est celui de 3 semaines / 1 mois d’avance.

Cette avance est à constituer avec les produits que vous consommes régulièrement pour être à même de les consommer de ne pas gâcher des ressources, être autonome c’est également être responsable. Achetez progressivement pour ne pas faire un gros trou dans votre budget.

Un exemple n’achetez pas des boites de cassoulet si vous n’en mangez jamais.

Un article sera prochainement dédié à chaque thématique pour vous aidez même si chacun à ses propres besoins et préférences alimentaires.